Comment réduire son empreinte carbone numérique au bureau ?

empreinte-carbone-numerique

10 Avr Comment réduire son empreinte carbone numérique au bureau ?

Temps de lecture : 9 min

Chers lecteurs,

Saviez-vous que 13 millions de Français travaillent dans des bureaux, soit 46% de la population active ? L’outil de travail principal dans un bureau étant l’ordinateur, ça en fait des PC qui tournent et des mails envoyés ! Chez Némésis studio, nous faisons partie de ces 13 millions de personnes et on s’est demandé quel impact avait notre activité sur l’environnement.

On a ainsi découvert, grâce à l’ADEME, que le numérique était responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que ce chiffre allait probablement doubler d’ici à 2025. En cause ? Notre dépendance grandissante au numérique due, notamment, à l’essor constant de services dématérialisés toujours plus attrayants.

Cependant, il est possible de minimiser notre impact sur l’environnement au bureau grâce à de petits gestes du quotidien que nous allons vous présenter.

1.    Éteindre ses appareils

Ce premier point vous semble logique ? Super. Mais si vous prenez le temps de regarder autour de vous en fin de journée, vous verrez certainement une multitude de LED allumées dans le bureau. Or les appareils en veille consomment également de l’électricité.

Actions à mener en fin de journée :

  • Éteindre son ordinateur
    En effet, sa consommation en veille équivaut à 20% voire 40% de sa consommation en marche.
  • Éteindre ses écrans
    Ils sont souvent les grands oubliés du bureau car ils n’affichent plus rien quand l’ordinateur est en veille ou éteint. Une petite LED indique généralement que l’écran est en veille ou allumés mais les boutons « Marche/Arrêt » sont souvent un peu cachés. On les trouve principalement sous ou dernière les écrans. On a même expérimenté les boutons tactiles « invisibles » chez Némésis studio (très étrange de voir son collègue caresser le bas de son écran pour trouver le bouton …).

Les petits + :

  • Débrancher les appareils qui ne servent pas régulièrement (imprimante, scanner, photocopieuse).
  • Débrancher vos appareils en cas d’absence prolongée.
    En effet, certains transformateurs (blocs d’alimentations) consomment de l’électricité même si l’appareil qu’il alimente est éteint ou à vide. Ainsi, un ordinateur éteint, mais qui reste branché, continue à consommer environ 70 watts-heures [Wh] par jour. C’est également le cas des chargeurs de Smartphone branchés « à vide ».
  • Débrancher la box Internet quand elle n’est pas utilisée.
    En effet, sa consommation totale sur un an se situe entre 150 et 300 kWh. C’est autant qu’un grand réfrigérateur !

2.    Faire durer ses appareils

En France, nous remplaçons très régulièrement nos appareils numériques par du nouveau matériel. Ainsi, 88% des français se procurent un nouveau téléphone alors que l’ancien fonctionne encore. Bien souvent, ces appareils sont oubliés au fond d’un tiroir (ça peut toujours servir) alors qu’ils pourraient vivre une seconde vie plus bénéfique à l’environnement. Car voyez-vous, le bilan environnemental de nos appareils est catastrophique. En moyenne, il faut mobiliser de 50 à 350 fois leur poids en matières pour produire ces appareils, soit par exemple 800 kg pour un ordinateur portable. De plus, la production de composants exige beaucoup d’énergie, de traitements chimiques et des métaux rares. La phase de fabrication de ces appareils est donc plus énergivore que la phase d’utilisation par les consommateurs.

Actions à mener :

  • Utiliser plus longtemps ses appareils
    Passer de 2 à 4 ans d’usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50 % son bilan environnemental.
  • Bien réfléchir avant d’acheter un nouvel appareil et bien le choisir
    Par exemple, est-ce que chaque bureau a besoin d’une imprimante ?
  • Prendre soin de son matériel pour optimiser sa longévité
  • Penser au réemploi (matériel pour le nouvel apprenti), au don (association) ou à la vente d’occasion de ses anciens appareils en état de marche.
  • Privilégier la réparation au remplacement en cas de panne
  • Céder ses appareils hors service à des organismes chargés du recyclage

Les petits + :

  • Acheter du matériel reconditionné
    En achetant un appareil reconditionné, vous bénéficiez d’un appareil généralement comme neuf avec une garantie. En plus, certaines plateformes ou magasins proposent de vous racheter ou reprendre votre ancien appareil pour lui offrir une seconde vie.
  • Préférer l’achat d’un ordinateur portable à un ordinateur fixe
    Les ordinateurs portables consomment de 50 % à 80 % d’énergie en moins que les postes fixes, car ils ont été optimisés de manière à prolonger au maximum l’autonomie des batteries. Néanmoins, leur impact environnemental est négatif à cause de ces mêmes batteries.

3.    Optimiser l’utilisation de son ordinateur

Dans l’environnement de travail, quel est l’outil que l’on utilise le plus ? L’ordinateur évidemment.  Une bonne utilisation de votre matériel vous permettra d’optimiser son fonctionnement et d’améliorer sa durée de vie. Il existe plusieurs gestes simples qui peuvent vous aider à diminuer l’empreinte carbone de votre ordinateur au quotidien. Pour les découvrir suivez nous !

Actions à mener :

  • Diminuer la luminosité de ses écrans
    En plus de réduire la consommation d’énergie, baisser la luminosité permet également de réduire la fatigue oculaire.
  • Désactiver les programmes inutiles au démarrage
    Cela permet à l’ordinateur de s’allumer plus rapidement.
  • Définir un temps de mise en veille réduit
    Si vous n’avez pas pour habitude de mettre en veille votre ordinateur dès que vous vous absentez quelques minutes, pensez à paramétrer le temps de mise en veille automatique. Vous réduirez ainsi la consommation de votre ordinateur et sécuriserez du même coup vos données puisque la mise en veille ferme votre session.
    Attention à certains économiseurs d’écran faisant appel à des graphismes « 3D ». Ils sollicitent énormément la carte graphique de l’ordinateur et peuvent consommer autant, sinon plus, que le mode actif.

Les petits + :

  • Effectuer régulièrement un petit check-up
    Mises à jour à effectuer, fichiers à ranger, programmes inutiles à supprimer, vider le dossier « Téléchargements » et la corbeille… Autant de petits gestes qui permettent d’optimiser les performances de vos appareils.

4.    Réduire son empreinte carbone sur Internet

On ne se doute pas forcément que chaque petite action effectuée sur internet représente une impulsion électrique énergivore. Des bonnes pratiques existent. Mises bout à bout, elles ont un impact réel. Comme vous allez le voir ci-dessous, il s’agit de gestes simples que tout à chacun peut réaliser sans difficulté.

Actions à mener :

  • Utiliser un Dark mode (thème sombre ou mode nuit)
    De nombreuses applications et services web proposent désormais une version sombre. Mais saviez-vous qu’en plus d’offrir une alternative esthétique, le dark mode permet d’économiser l’énergie et prolonger l’autonomie de vos appareils mobiles ? En effet, le blanc très lumineux largement utilisé en fond, demande plus de puissance lumineuse que les couleurs sombre. Les couleurs claires et vives consomment ainsi plus d’énergie.
  • Limiter les onglets ouverts et inutilisés
  • Mettre ses recherches fréquentes en favoris
    Saviez-vous que vous pouviez créer des dossiers dans vos favoris ? C’est très pratique pour classer vos recherches fréquentes et ainsi y accéder directement sans avoir à faire une recherche Google.
  • Bloquer la lecture automatique des vidéos
  • Réduire la consommation de streaming
    Si vous écoutez beaucoup de musique, pourquoi ne pas télécharger votre playlist préférée pour l’écouter en hors ligne ?
  • Limiter le temps passé sur les réseaux sociaux
    Privilégier un moment dans la journée au lieu de plusieurs

Les petits + :

  • Utiliser un moteur de recherche écolo à la place de Google
    Il en existe plusieurs dont :

    • Ecosia : grâce à 80% de ses revenus publicitaires, il participe à des programmes de reforestation
    • Lilo : une partie des revenus publicitaires sont reversés à des projets éthiques, éducatifs ou environnementaux
    • Ecogine : moteur de recherche associatif dont les revenus publicitaires sont reversés à des projets environnementaux choisis par les internautes

5.    Réduire l’empreinte carbone de sa boîte mail

S’il y a une chose à retenir c’est qu’il faut faire du tri ! Partez du principe que vous videz votre boîte aux lettres tous les jours pour votre courrier alors pensez de la même manière pour votre boîte mail. Spams, Newsletter inutiles, pièces jointes trop lourdes, emails non lus etc…Autant de chose qui alourdissent votre boite mail.

Actions à mener :

  • Faire le ménage dans sa boite mail :
    Le plus efficace est de trier les mails dès leur arrivée pour qu’il reste dans la boite de réception uniquement les mails à traiter. Dès qu’un mail est traité, il prend place dans un dossier/archive s’il est important, sinon dans la corbeille. Pour les spams, voici une méthode infaillible pour vous en débarrasser petit à petit : dès qu’un mails « spam » arrive dans la boite de réception, définissez-le comme courrier indésirable et bloquez l’expéditeur. Pensez également, si possible, à vous désabonner (en bas du mail) de la liste de diffusion avant de placer le mail dans la corbeille.
  • Limiter les pièces jointes
    Privilégiez l’envoi de fichiers légers. Pour les fichiers lourds, pensez aux plateformes de transfert et cloud. Chez Némésis studio, nous mettons à disposition de nos clients un espace cloud permettant l’échange simple et sécurisé de fichiers.
  • Limiter le nombre de personnes en copie
    Chaque destinataire supplémentaire représente 1 mail supplémentaire envoyé.
  • Avoir une signature légère
    Utiliser une image basse définition pour le logo. Pour aller plus loin, il est possible de créer 2 signatures : une complète pour les nouveaux contacts et clients, une simplifiée pour les échanges internes et les contacts bien établis.
  • Se désinscrire des newsletters non lues ou publicités inintéressantes
    Sachez qu’une Newsletter équivaut à 10 grammes de C02. Un spam, lui, a une émission annuelle de 3.1 millions de voitures.

Les petits + :

  • Utiliser une messagerie instantanée avec ses collègues : Skype, WhatsApp

6.    Réduire l’empreinte carbone de son site Internet

Pour comprendre à quel point il est important de faire des efforts pour diminuer son empreinte carbone il faut garder à l’esprit que internet représente 10% de l’électricité mondiale. Internet est une superbe évolution mais il y a l’envers du décor. Internet consomme autant d’électricité qu’un pays comme le Royaume-Uni et à terme, en 2025 si rien ne bouge, la consommation d’Internet sera identique à celle du trafic automobile mondial. Vous allez le voir, des gestes simples permettent à moindre échelle de participer à la diminution de l’empreinte carbone.

Actions à mener :

  • Réduire le poids des pages
    De nombreuses techniques permettent de réduire le poids des pages web. La plupart sont à effectuer au niveau du code et des contenus de la page. Elles nécessitent généralement l’intervention d’un développeur ont de nombreux avantages. En effet, en plus ça réduit le temps de chargement du site, réduire le poids des pages améliore l’expérience utilisateur et aussi le référencement naturel du site.
  • Optimiser les images
    Nous vous en parlions dans notre article « Quels formats privilégier pour les médias de votre site Internet ? », les images peuvent être optimisées pour être plus légères et donc consommer moins d’énergie. N’hésitez pas à refaire un tour sur cet article !
  • Héberger les vidéos sur des plateformes spécialisées et désactiver la lecture automatique
  • Éviter les scripts publicitaires
  • Utiliser les solutions AMP
    Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article « Qu’est-ce que le format AMP ? »
  • Forcer la mise en cache des contenus
    Cela réduit la quantité de bande passante du serveur nécessaire pour générer une vue de page en stockant des ressources statiques externes à l’hébergeur. C’est comme si votre navigateur gardait un souvenir du site pour le recharger plus rapidement les fois d’après.

Les petits + :

  • Choisir un hébergeur privilégiant des énergies renouvelables

 

L’expertise Némésis studio

Vous l’avez constaté des petits gestes peuvent avoir de grandes conséquences. Némésis studio s’engage pour une technologie plus verte.  Si vous avez des questions ou souhaitez en savoir davantage les gestes à effectuer pour diminuer l’empreinte Carbonne de votre site Internet n’hésitez pas à contacter l’équipe d’experts de Némésis studio. Nous sommes là pour vous conseiller et vous accompagner dans tous vos projets digitaux.

 

Note : sauf mention contraire, les chiffres présentés dans cet article sont tirés d’études réalisées par l’ADEME. N’hésitez pas à vous rendre sur le site www.ademe.fr pour plus d’informations.