Neuromaketing ou comment rentrer dans la tête du consommateur ?

Accueil » Blog » Neuromaketing ou comment rentrer dans la tête du consommateur ?
neuromarketing-nemesis-studio

22 jan Neuromaketing ou comment rentrer dans la tête du consommateur ?

Nouveauté prisée des grandes multinationales, le Neuromarketing allie la science et le commerce. En effet, il s’agit de l’application des sciences cognitives à la communication. Quel est notre fonctionnement neuronal lorsque nous avons des besoins et envies lors d’achats ? Avec cet article l’équipe de Némésis studio vous explique quels sont les avantages pour les grandes entreprises de ces nouvelles connaissances et quelles en sont les limites ?

Le Neuromarketing : révolution et utilisations.

Nous sommes sûrs que certains d’entre vous sont intrigués ou peut-être même effrayés par cette utilisation de la science à des fins commerciales. Mais sachez qu’il s’agit d’une vraie révolution et que cette dernière est encadrée (notamment en France). Il existait déjà le marketing olfactif qui permettait aux enseignes de donner envie aux consommateurs par le biais d’odeurs diffusées dans les magasins ou dans les rues. Désormais il est prouvé que des mécanismes bien particuliers se mettent en place dans notre cerveau lors de nos processus d’achat. Quels sont-ils ? Comment cela fonctionne-t-il vraiment ? Voici quelques éléments de compréhension de notre équipe Némésis studio.

Comment fonctionne le Neuromarketing ?

Comme vous le savez les activités cérébrales chez les humains sont très développées et changent selon nos réactions et nos émotions. Ainsi il est désormais possible d’observer comment nous réagissons lors du passage d’une campagne publicitaire ou la découverte d’un nouveau produit. Pour déterminer ces différents éléments de nombreux tests ont été effectué sur des personnes à l’aide de l’Imagerie à Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf).

Neuromarketing et actions commerciales :

A l’heure où environ 80% des produits ne fonctionnent plus au bout d’un an, le Neuromarketing permet aux grandes entreprises de cibler leurs stratégies de communication. Une large gamme de tests est réalisée auprès d’un panel de consommateurs pour connaitre leurs préférences et leurs gouts. Avec le Neuromarketing les entreprises peuvent connaitre les émotions qui déclenchent l’achat et par conséquent répondre parfaitement aux nouveaux besoins et attentes de leurs clients.

Les limites du Neuromarketing.

Comme toute méthode, le Neuromarketing a ses limites. Quelles soient tarifaires, éthiques, scientifiques ou juridiques, il existe aujourd’hui encore (et heureusement) des éléments ne pouvant pas être surmontés. Notre équipe Némésis studio va vous expliquer dans quelle mesure le Neuromarketing n’est pas accessible à tous et ne peut pas être utilisé n’importe comment et dans n’importe quel cas.

Une question d’éthique :

A-t-on le droit de s’immiscer dans votre cerveau pour des motifs économiques ? Cette simple question peut en effet paraitre un peu surréaliste. Et pour cause, certaines associations estiment qu’au-delà du fait d’analyser vos peurs, envies et besoins, le Neuromarketing pourrait avoir des conséquences nocives pour la santé (obésité, diabète, alcoolisme).

Une question juridique :

De plus, sachez que plusieurs pays ont légiféré sur ce point. En France, depuis la loi bioéthique de 2011, il n’est possible d’utiliser l’imagerie cérébrale que dans le cadre de recherches scientifiques et médicales. Cela est également admis dans le cadre d’expertises judiciaires. Techniquement la pratique du Neuromarketing est tout de même légale en France. Cependant, les machines utilisées ne sont pas aussi performantes. Les résultats sont donc moins sûrs, que dans d’autres pays (les IRMf médicaux ne pouvant être utilisés).

Une question scientifique :

Gardez bien à l’esprit que le Neuromarketing n’est pas une science exacte. Si cela permet d’avoir une vision d’ensemble de la réussite d’une publicité, la recherche ne prend pas en compte l’environnement du consommateur, environnement qui on le sait bien agit sur ses décisions. Plus simplement, être enfermé dans une cabine IRM ne donne pas la même sensation que faire ses courses en déambulant dans les allées d’un magasin.

Une question de prix :

L’étude cérébrale à des fins commerciales est facturée par personne analysée pour un coût estimé entre 800 et 2500€. A cela s’ajoute le prix de l’acquisition d’une machine IRMF (environ 20000€). De plus, pour que l’étude soit validée il faut que le panel de sujets traités soit conséquent.  Ces tarifs limitent donc d’eux même l’utilisation de ces méthodes à des grandes multinationales.

L’expertise Némésis studio

Comme nous l’indiquons régulièrement dans nos articles, Némésis studio se veut au courant des nouvelles méthodes scientifiques.
Si vous souhaitez obtenir des informations sur nos différentes réalisations,  nous vous invitons à contacter les experts Némésis studio.