Plateformes Low-code : une fausse bonne idée ?

Némésis studio, plateformes low-code

21 Juil Plateformes Low-code : une fausse bonne idée ?

Temps de lecture : 9 min

 

L’idée de développer un service web en interne a peut-être déjà traversé les esprits dans votre entreprise. La volonté derrière cette idée était alors de mettre en place un outil de façon rapide et économique afin de répondre à un besoin spécifique. Cette problématique concerne de nombreuses sociétés, d’autant plus ces derniers temps. En effet, la crise sanitaire actuelle a poussé les entreprises à se digitaliser rapidement pour continuer à offrir un service performant à leurs clients.

Un grand nombre de ces sociétés se sont tournées vers des plateformes offrant les services recherchés. Parmi ces plateformes, les outils de développement low-code connaissent un grand succès. Le marché est en plein essor et selon le cabinet d’étude Gartner, ce marché devrait même augmenter de 23% cette année.

Devant ce succès, nous avons trouvé intéressant de vous parler de ces plateformes low-code et des problématiques qu’elles soulèvent.

 

Qu’est-ce qu’une plateforme low-code ?

Une plateforme low-code est un environnement de développement informatique qui fournit à ses utilisateurs des outils pour créer des applications web et mobile avec peu de connaissances techniques. Par exemple, une plateforme low-code spécialisée dans la création d’applications mobile peut mettre à la disposition de ses utilisateurs des blocs de fonctionnalités préconçus qu’il ne reste plus qu’à agencer et paramétrer pour créer une nouvelle application.

Le but de ces plateformes est généralement de répondre à des problématiques métiers de façon simple et rapide. Pour cela, elles fournissent des « blocs » fonctionnels et techniques adaptés à des besoins : commerciaux, financiers, RH, logistiques, etc. Comme chaque entreprise / service ont des besoins différents, ces blocs sont paramétrables pour par exemple définir le comportement attendu ou encore les données à traiter, etc.

De nombreuses plateformes sont pluridisciplinaires. C’est-à-dire qu’elles proposent une base technique commune à laquelle viennent s’ajouter des « blocs » dédiés à un secteur d’activité ou un besoin spécifique.

Low-code VS No-code

Il est facile de confondre « low-code » (peu de code) et « no-code » (pas de code), d’autant que les éditeurs jouent parfois eux-mêmes sur les mots. Cependant, comme son nom l’indique, le « no-code » désigne une plateforme sans code informatique. Ces plateformes sont rares car elles nécessitent de répondre à des cas d’usage précis de façon exhaustive. D’ailleurs, il est important de noter que certains éditeurs présentent leurs outils comme « no-code » car ils offrent une interface utilisateur no-code mais une interface d’administration low-code.

En règle générale, il n’y a pas de réelles différences entre le low-code et le no-code. Leur objectif est le même : cacher le code derrière des interfaces toujours plus automatisées. Il peut même arriver de penser que certaines plateformes low-code sont no-code car elles offrent un degré d’automatisation et de construction graphique très poussé.

 

A qui s’adressent les solutions low-code ?

Des entreprises

Les grandes entreprises ont longtemps été la cible privilégiée des plateformes low-code. Cependant, de plus en plus d’éditeurs ciblent le marché des TPE / PME / start-up. Et pour cause, ces sociétés ont souvent des besoins « standards » liées à la gestion de l’entreprise ou à la relation client. Elles trouvent donc facilement des plateformes répondant à leurs attentes.

Des auto-entrepreneurs, start-ups et entreprises se servent également des plateformes low-code pour créer des prototypes et tester des concepts. Forts de l’expérience utilisateur acquise avec ces tests, ils font ensuite appel à des entreprises spécialisées pour créer l’outil qu’ils ont imaginé et testé au préalable. Ils sont ainsi certains d’avoir un outil digital performant et répondant à l’ensemble de leurs besoins.

Des utilisateurs

Mais outre les entreprises, c’est sur l’utilisateur qu’il convient de s’interroger quand on se demande à qui s’adresse le low-code. En effet, nous avons vu plus haut que le low-code signifie « peu de code ». Cela veut dire que l’utilisateur peut être susceptible de devoir utiliser un langage informatique pour paramétrer la plateforme. Jusqu’à récemment, le low-code s’adressait à des développeurs confirmés. Toutefois, les plateformes low-code souhaitent désormais s’adresser à des utilisateurs non techniques aussi appelés « Développeurs citoyens » (« citizen developers »). Il s’agit principalement d’utilisateurs métiers avec peu de compétences en écriture de code. Ils ont toutefois la capacité d’exploiter les outils low code mis à leur disposition.

 

Quels sont les problématiques soulevées par les logiciels low-code ?

Nous venons de voir que les plateformes low-code peuvent être très intéressantes pour des sociétés recherchant un outil paramétrable de façon simple et rapidement opérationnel. Cependant, si vous avez un projet en tête et que vous recherchez des outils pour le concrétiser, il peut être intéressant de vous interroger également sur les problématiques que vous pourriez rencontrer. En voici quelques-unes qui pourront vous aider à définir si les plateformes low-code sont faites pour vous.

Une gestion des besoins spécifiques compliquée

Comme nous venons de le voir, les outils de développement low-code sont conçus pour créer des applications répondant à des besoins « standards ». Conscientes que les entreprises peuvent avoir des besoins spécifiques, certaines plateformes low-code proposent d’implémenter, sur demande et moyennant un coût supplémentaire, des fonctionnalités particulières. D’autres laissent la possibilité à leurs utilisateurs de pouvoir coder directement dans l’outil les fonctionnalités manquantes.

Cependant, si vous faites le choix d’une plateforme low-code, c’est justement pour éviter ces problématiques. Il est donc important de bien étudier vos besoins avant de vous lancer dans la recherche d’une solution. Prenez ensuite le temps d’étudier chaque plateforme pour voir si elle peut répondre à tous ces besoins. Si ce n’est pas le cas, essayez d’estimer la part de fonctionnalités manquantes ainsi que le temps et le budget nécessaires pour les implémenter. Si ces derniers sont conséquents, cela signifie que les plateformes low-codes ne sont sans doute pas très adaptées à votre projet.

Dans tous les cas, si votre projet est complexe ou implémente des fonctionnalités poussées, il est souvent préférable de faire appel à une entreprise spécialisée dans le développement sur-mesure comme Némésis studio. Vous aurez ainsi la certitude d’avoir un outil performant et répondant à l’ensemble de vos besoins.

 

Un budget parfois conséquent

Vous l’aurez compris, la complexité de votre projet peut énormément jouer sur le budget de votre projet. Cependant, d’autres points sont à prendre en considération, à commencer par le modèle économique de la plateforme (nombre d’utilisateurs, nombre de fonctionnalités, nombre d’applications, etc.). La facture peut vite grimper. N’oubliez pas également de prendre en compte les coûts de développement supplémentaires, surtout si vous externalisez cette prestation.

Là encore, il peut être intéressant de vous rapprocher d’une entreprise spécialisée dans le développement sur mesure comme Némésis studio. Vous pourrez avoir une proposition plus en phase avec votre budget sur le long terme.

 

Des plateformes pas si low-code

Quand vous choisissez une plateforme low-code, vous devez être conscient qu’il y aura sans doute des modifications à apporter avec du langage informatique. Il faut donc prévoir un intervenant interne ou externe qui pourra effectuer ces modifications. Selon la plateforme, un développeur confirmé ne sera peut-être pas nécessaire mais il est tout de même important de posséder une « logique » de développement. Cette logique permet notamment de penser l’outil en imaginant comment une machine va l’interpréter et ainsi répondre aux besoins. Une maîtrise des langages de programmation courants est également un vrai plus pour pouvoir apporter des modifications plus poussées.

Le piège avec une plateforme low-code est de se dire que tout est fait pour ne pas avoir à faire de programmation informatique. Seulement ces outils ne font que « cacher » le programme informatique derrière des blocs graphiques. Mais le code est bien là et le fonctionnement technique reste le même. Il est donc important de savoir comment ça fonctionne pour pouvoir créer un outil performant qui répondra à vos attentes.

Pour bien comprendre, c’est un peu comme quand on achète une maison en kit. Le promoteur nous dit qu’il n’y a pas besoin d’être plombier, électricien ou plaquiste pour finir sa maison. Seulement, on a beau avoir tout le matériel sous les yeux, ce n’est pas si simple d’arriver au même résultat que les professionnels. Avoir quelques connaissances peut aider.

 

Une maintenance logiciel complexe

La création d’un logiciel via une plateforme low-code est rapide mais sa maintenance l’est souvent beaucoup moins. En effet, la majorité de ces logiciels sont créés et gérés par des « développeurs citoyens » qui vont avoir tendance à créer ce qu’on appelle une dette technique. Cette dette résulte souvent du fait qu’une fois créés et fonctionnels, ces logiciels connaissent peu de maintenance correctives et évolutives. Et pour cause les logiciels low-code ne sont pas toujours pensés et conçus pour être maintenus facilement. Seulement, plus le temps passe et plus la dette technique augmente et fait entrevoir des coûts futurs conséquents.

Cette dette technique est souvent moindre avec un développement sur mesure. Cela s’explique notamment par l’utilisation de langage de programmation courants et de technologies Open sources mais aussi par la logique des développeurs. Car voyez-vous, un bon développeur est un développeur « visionnaire ». C’est-à-dire qu’il va penser l’outil de façon à anticiper les besoins futurs : optimiser les processus, ajouter, modifier ou supprimer des fonctionnalités, etc. Le logiciel est ainsi plus facile à maintenir et à faire évoluer.

 

Une réversibilité et portabilité pas toujours claires

La plupart des plateformes low-code sont des solutions propriétaires que vous installez sur votre infrastructure d’entreprise ou que vous utilisez à la demande en mode Cloud. Seulement, que se passe-t-il si vous souhaitez ne plus utiliser la plateforme ou encore changer d’outil ? Normalement, vous devriez bénéficier d’une période vous permettant de pouvoir récupérer vos données. Toutefois, il convient de bien vérifier ce point dans les contrats des éditeurs avant de risquer de tout perdre. De même, renseignez-vous sur les données que vous pourrez récupérer, les clauses d’arrêts, la durée de préavis, etc.

La problématique résultant des solutions propriétaires est qu’il est souvent compliqué de migrer d’une solution à une autre par manque de compatibilité. Comme chaque solution fournie des composants qui lui sont propres, il est parfois nécessaire de réécrire des parties d’une application afin de pouvoir la migrer sur une autre plateforme.

 

Une sécurité des données parfois négligée

La sécurité informatique est un sujet très complexe qui nécessite une expertise particulière. En faisant appel à une plateforme low-code, vous pourriez être tentés de vous dire que ce type d’outils est parfaitement pensé pour la sécurité informatique. Mais en êtes-vous sûr ? Avez-vous des preuves que l’éditeur est en capacité de sécuriser vos données ?

Si vous optez pour une solution de low-code hébergée, nous vous conseillons de bien vous renseigner : Qui est responsable de quoi ? En cas de pannes quels sont les incidents inclus et exclus ? La disponibilité annoncée concerne-t-elle l’ensemble des services ? Où sont localisés les datacenters ? Comment est répliquée votre application par l’éditeur ?

Vérifiez bien ces points avant de choisir une plateforme low-code. Et si vos données sont sensibles, la plus grande sécurité est d’utiliser un logiciel sur-mesure. Vous serez ainsi en mesure d’en assurer pleinement la sécurité.

 

Un projet parfois mal géré

Un projet low-code doit être conduit comme un projet informatique à part entière. Seulement, comme le projet est souvent géré en interne, il peut arriver qu’il soit considéré avec moins de rigueur que nécessaire.  Sans réelle organisation, difficile de concevoir un outil pertinent et performant. Il est donc indispensable de définir les différents intervenants et leurs rôles. Il est également important de lister les cas d’usage auxquels devront répondre l’outils.

Gardez en tête qu’un logiciel low-code demande du temps et de l’implication pour répondre à vos besoins lors de sa création mais il faudra également garder une certaine rigueur pour pouvoir le maintenir et le faire évoluer dans les meilleures conditions.

Si ces contraintes sont trop importantes pour vos équipes, nous vous recommandons de faire appel à des professionnels comme Némésis studio. Vous pourrez ainsi déléguer la gestion de projet, le développement mais aussi la maintenance de votre logiciel.

 

Vous l’aurez compris, le développement de logiciel via des plateformes low-code peut être intéressant si vous n’avez pas de besoins particuliers. Toutefois pour concevoir des application métiers poussées répondant à des besoins spécifiques, ces plateformes ne sont pas toujours très adaptées. Dans ce cas, il est souvent plus avantageux de faire appel à une entreprise spécialisée dans le développement sur mesure comme Némésis studio. Vous aurez ainsi l’assurance de développer l’outil qui répondra à l’ensemble de vos besoins. En prime, vous bénéficierez de conseils personnalisés et d’un suivi performant. Comme d’habitude, toute notre équipe est à votre disposition pour répondre à vos questions. N’hésitez pas à contacter les experts Némésis studio !