Plagiat en ligne : comment anticiper et réagir à ce fléau ?

Plagiat en ligne : comment anticiper et réagir à ce fléau

24 Fév Plagiat en ligne : comment anticiper et réagir à ce fléau ?

Temps de lecture : 12 min

 

Chers lecteurs, nous avons vécu il y a peu une situation bien connue et redoutée des créateurs de contenus : le plagiat. Nous avons tout de suite pensé que nous devions vous en parler au travers d’un article. Voyez-vous, il est indéniable qu’Internet regorge d’une quantité de données considérable et que de nombreux sites traitent des mêmes sujets. Cependant, il existe tellement de mots et de façons de faire que chaque sites internet et pages web sont censés pouvoir être uniques. Mais voilà, il arrive que la ressemblance soit si frappante qu’elle puisse laisser penser que le site ou les contenus en question ont été copiés. Mais alors dans ce cas, comment savoir si vous êtes victime de plagiat ? Quelles sont les conséquences du plagiat ? Quelles sont les actions à mener ? Comment protéger son site du plagiat ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Comment savoir si mon site Internet est victime de plagiat ?

Il existe différentes façons de détecter du plagiat. Nous en utilisons plusieurs que nous allons vous présenter de la moins efficace à la plus efficace.

Faire une recherche Google

En recherchant régulièrement les mots clés liés à votre site Internet sur Google, vous ferez d’une pierre deux coups. En effet, en plus de vérifier le bon positionnement de votre site dans les résultats de recherche, vous pourrez également vérifier si personne ne s’amuse à plagier vos textes. Mais la recherche de textes n’est pas la plus efficace, à moins de rechercher des phrases ou des paragraphes entiers.

Néanmoins, la recherche Google peut s’avérer très efficace pour vérifier le plagiat de visuels grâce à la fonction « Recherche par image » de Google image. Cette fonctionnalité permet en effet de trouver les images semblables ou ressemblant à celle que vous renseignez. Vous avez ainsi de fortes chances de trouver des sites qui utilisent votre visuel et peut être plus.

Plagiat en ligne : google image

Etudier les backlinks

Les backlinks sont les liens entrants sur votre site. Il s’agit généralement d’URL de pages web où sont mentionnés un lien vers votre site Internet (annuaires, liens de sourcing). Les backlinks sont très importants pour le référencement naturel de votre site mais aussi pour découvrir si vos contenus sont plagiés. En effet, certains copieurs ne prennent même pas la peine de remplacer les liens présents dans les contenus qu’ils copient.

Mais attention, seuls les backlinks qui ne citent pas votre site en tant que source peuvent être soupçonnés de plagiat. Si une page web reprend une de vos images ou un de vos paragraphes et mentionne votre site comme source des contenus, alors il s’agit d’un backlink de qualité.

Les backlinks sont généralement consultables via votre outil de statistique. Par exemple, dans Google Analytics, les backlinks sont disponibles dans « Acquisition > Tout le trafic > Sites référents ». Si vous n’utilisez pas d’outil de suivi statistique, vous pouvez utiliser des services en ligne comme ahrefs.com et semrush.com qui proposent des fonctionnalités gratuites de tracking de backlinks.

 

Créer des Google Alertes

Google Alertes est un outil très pratique d’alertes e-mails qui sert principalement à surveiller automatiquement votre e-réputation ou faire de la veille sur des sujets précis. Cependant, il est possible de se servir de cet outil pour tracker de potentiels contenus plagiés. Il suffit alors de créer des alertes en lien avec les textes que vous souhaitez protéger. Vous pouvez par exemple commencer par créer des alertes liées à votre identité comme « Némésis studio » ou « www.nemesis-studio.com ». Ces simples alertes ne sont pas les plus efficaces pour détecter du plagiat car les copieurs peuvent remplacer les noms et liens par les leurs. Toutefois, elles auront le mérite de vous donner une vue d’ensemble de votre présence en ligne et de ce qui se dit sur vous et votre entreprise.

Pour aller plus loin, il est possible de créer des alertes pour les contenus que vous souhaitez protéger. Par exemple, pour cet article, nous pourrions créer une alerte en renseignant une phrase longue et significative comme « Voyez-vous, il est indéniable qu’Internet regorge d’une quantité de données considérables et que de nombreux sites traitent des mêmes sujets. ». Avec une phrase entière, vous serez alertés dès qu’elle apparaitra sur une nouvelle page web. Une simple visite sur le lien reçu pourra alors vous permettre de vérifier s’il s’agit seulement d’une coïncidence ou d’un plagiat de l’article.

Attention : Vous devez mettre vos textes entre guillemets dans Google Alertes. Ces guillemets permettent à Google de faire une recherche exacte comme «Némésis studio». Sans eux, vous recevrez des alertes e-mails pour toutes les pages web qui contiennent les mots que vous avez renseignés comme par exemple « C’est dans ce studio que l’album Némésis a vu le jour ». Ces résultats n’auraient aucun intérêt pour vous.

 

Utiliser un détecteur de plagiat

Le plus efficace est d’utiliser un détecteur de plagiat en ligne. Cependant, ces sites n’analysent qu’une URL à la fois et c’est un peu long. Il faut donc privilégier ces outils pour les pages ou articles qui sont le plus susceptibles d’être plagiés. Pour cela, vous pouvez commencer par analyser les contenus qui sont le plus vus d’après les statistiques de vos sites. Pour nous il s’agit de l’article « Quelle est la différence entre développement back end, front end et full stack ? » que pas moins de 4 sites ont tout simplement copié/collé et qu’une dizaine d’autres ont utilisé pour prendre quelques phrases par ci par là.

Voici un outil que nous trouvons pratique pour analyser le plagiat d’une page web : https://searchenginereports.net/fr/plagiat

 

Quelles sont les conséquences du plagiat ?

Le plagiat peut avoir de nombreuses conséquences avec plus ou moins de gravité. Dans tous les cas, il n’est jamais positif et nécessite donc de faire l’objet d’une attention particulière.

Perte de référencement

La première conséquence est généralement due au duplicate content (contenus dupliqués). En effet, les moteurs de recherche, et notamment Google, déprécient les pages dont les contenus sont similaires à ceux présents sur d’autres site. Cette dépréciation peut donner lieu à une perte de référencement naturelle de votre page. En effet, Google indique « En cas de problèmes de contenu en double, […] nous nous chargeons de choisir la version du contenu à afficher dans nos résultats de recherche. ». A priori, le site copieur a plus de chance d’être pénalisé que vous car vos contenus sont censés avoir été indexés en premier. Cependant, nul ne connait parfaitement les algorithmes de Google et il peut arriver que le site du copieur passe devant vous dans les résultats de recherche.

Préjudice économique et concurrence déloyale et parasitaire

La seconde conséquence, qui touche principalement les blogueurs et entreprises de service, est le préjudice économique souvent lié à une concurrence déloyale. En effet, il arrive que les contenus ou les sites plagiés perdent de leur valeur, de leur intérêt ou encore de leur visibilité à cause du plagiat d’un concurrent.

 

Quelles sont les actions à mener en cas de plagiat ?

Les actions vont dépendre des conséquences du plagiat. Il est donc nécessaire de bien étudier le plagiat et ses conséquences avant de vous lancer.

Constater et chercher des preuves

 

Faire des captures d’écran

Afin de garder une preuve à un instant T d’un potentiel plagiat, pensez à prendre des captures d’écran que vous enregistrerez avec le nom de la page et la date / heure de capture.

 

Vérifier la postériorité

S’il y a une date de publication de renseignée, vérifiez qu’elle est bien plus récente que celle de votre contenu. Bien sûr, il est toujours possible de modifier les dates techniquement mais cela peut toutefois être un bon indice pour savoir s’il s’agit bien d’un possible plagiat.
Si la date du potentiel contenu plagié est plus ancienne que celle de vos contenus, vérifiez que vous ne vous êtes pas « inspiré » de ce site. Faites d’autant plus attention à cela si vos contenus ont été rédigés par un prestataire externe. En effet, il semblerait que certains « rédacteurs » indépendants n’aient aucun scrupule à vous vendre des articles trouvés sur Internet.

 

Lister les points communs et les liens

Bien sûr, s’il s’agit de la copie conforme de votre site, au mot près, avec les mêmes visuels, liens et que le copieur n’a même pas pris la peine de remplacer votre nom par le sien, cette étape sera rapide. Mais les copies peuvent être plus subtiles avec des mises en formes et ordres différents ainsi que quelques légers changements. Dans ce cas, relevez bien toutes les similarités.

Attardez-vous sur les liens que vous avez potentiellement intégrés dans vos textes et sur vos images car les copieurs oublient parfois de les remplacer. De même, vérifiez bien les endroits où vous avez pu citer le nom de votre entreprise. Il se pourrait qu’il y soit encore.

 

Déduire des préjudices significatifs

Il se peut qu’en menant votre enquête, vous réalisiez que ce plagiat est peut-être la cause d’une baisse de fréquentation de votre site ou encore d’une baisse de vos ventes. Si tel est le cas, cherchez des preuves en étudiant vos statistiques ou autres indicateurs pouvant prouver un préjudice suite à la mise en ligne du plagiat.

Demander réparation

Suite à votre enquête, deux cas de figure vont se présenter à vous :

 

Cas 1 : Pas de préjudice significatif

Si le plagiat s’avère succinct et qu’il n’est pas source de préjudice significatif pour vous, il n’est pas nécessaire de faire appel à une armée d’avocats. Essayez dans un premier temps de prendre contact avec le copieur. Un mail ou un appel téléphonique l’invitant à citer ses sources ou à supprimer ses contenus devrait suffire. Pensez à bien lister les contenus concernés pour que le copieur n’ait aucune excuse pour faire le nécessaire.

Sans réponse de sa part, envoyez une lettre recommandée avec accusé de réception (valable uniquement pour les entreprises en France) reprenant vos précédentes demandes. N’hésitez pas également à mentionner que sans action rapide, vous serez contraint de faire appel à un huissier de justice. Ce point devrait finir de convaincre le copieur. A noter que si la page de contact ou encore la page des mentions légales du site ne mentionnent pas d’adresse postale, vous pourrez généralement la trouver en faisant une recherche whois avec le nom de domaine du site.

 

Cas 2 : Préjudice significatif

Si vous constatez un préjudice significatif suite au plagiat et que vous avez toutes les preuves en votre possession, vous pouvez toujours essayer de prendre contact avec le copieur. Seulement, si votre préjudice est grand et prouvé, il est recommandé d’entamer des procédures juridiques. Vous pouvez commencer par faire appel à un huissier de justice. Son rôle sera de constater le plagiat (copie d’écran des pages plagiées et collecte de preuves). Vous pourrez ensuite faire appel à un avocat. Si vous n’en avez pas, privilégiez un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle. Ce dernier pourra dans un premier temps rédiger une lettre demandant au copieur de supprimer les contenus plagiés mais aussi de vous verser des dommages et intérêts pour le préjudice occasionné. Si l’affaire prend de l’ampleur, laissez-vous guider par votre avocat pour optimiser vos chances de réussite.

Comment protéger son site du plagiat ?

 

Conserver des preuves de l’originalité de son site Internet

Il faut savoir que le droit d’auteur est difficilement applicable à un site Internet car un site et son contenu sont rarement « originaux ». En effet, le droit d’auteur protège les œuvres originales, c’est-à-dire celles qui sont « empreintes de la personnalité de leur créateur ». Pour faire appliquer le droit d’auteur, il faut donc pouvoir prouver l’originalité de son site Internet. Pour cela, il est par exemple possible de se servir de la charte graphique ou de tout autre élément prouvant « l’originalité » du site.

Garder des preuves d’antériorité

 

Conserver les version HD des images

Sur votre site Internet, il y a de fortes chances que les images soient optimisées (taille et poids réduits) afin d’améliorer leurs performances d’affichage. Cela veut aussi dire que les copieurs n’ont accès qu’à cette version optimisée d’un visuel. Vous pouvez donc prouver l’antériorité de votre image en conservant la version originale en Haute Définition.

 

Envoyer un courriers recommandé AR avec la copie du site

Pour prouver l’antériorité de votre site, vous pouvez prendre des captures d’écran des pages que vous imprimez ou encore copier le code source de votre site sur un CD ou une clé USB et vous envoyer le tout par lettre recommandée avec accusé de réception. Attention toutefois à ne pas ouvrir l’enveloppe pour qu’elle puisse vous servir de preuve en cas de litige. Vous pouvez également vous envoyer vos articles ou tout autre élément que vous souhaitez protéger. Le coût d’une lettre recommandée AR varie en fonction du poids de la lettre pleine (entre 4,40€ et 25,10€).

 

Déposer une enveloppe Soleau

Proposée par l’INPI au prix de 15€, l’enveloppe Soleau permet de dater et de vous identifier comme auteur de ce que vous déposez dans l’enveloppe pendant 5 ans renouvelable. L’inconvénient de l’enveloppe Soleau est qu’elle ne peut contenir que 7 pages. C’est peu pour protéger un site Internet mais parfait pour une idée ou un article en particulier.

Il existe une version numérique « e-Soleau » de l’enveloppe qui permet de facilement archiver des fichiers numériques : PDF, Images, Son et Vidéo. Comme pour la version papier, les contenus sont protégés pour une durée de 5 ans renouvelable moyennant 15€ pour 10Mo puis 10€ pour 10Mo supplémentaires (limite de 300Mo).

 

Effectuer un dépôt auprès d’un notaire ou d’un huissier de justice

Moyennant des frais d’enregistrement (environs 150€), il est possible de déposer vos documents et fichiers à protéger auprès d’un officier ministériel. Ce dépôt assure la protection de vos droits d’auteurs pour 25 ans.

 

Effectuer un dépôt auprès d’une société d’auteurs

Il existe une multitude de sociétés d’auteurs qui permettent à leurs membres le dépôt d’œuvres auprès d’elles en échange d’une somme d’argent. La validité de ce dépôt est généralement de 5 ans mais peut varier. Certaines sociétés d’auteurs proposent même une durée de protection illimitée. Chaque société d’auteurs ayant ses domaines de prédilection, recherchez celle qui est spécialisée dans la protection des données que vous souhaitez protéger. Par exemple, pour un site Internet, un logiciel ou encore une application mobile, vous pourrez bénéficier des services de l’APP (Agence pour la Protection des Programmes).

 

Utiliser des procédés informatiques

 

Insérer des pièges dans les textes

Les copieurs ne sont pas tous très regardant sur les contenus qu’ils copient et peuvent donc laisser des noms, liens et autres éléments permettant de vous identifier. De ce fait, n’hésitez pas à mentionner régulièrement le nom de votre société, des coordonnées de contact ou encore le nom du dirigeant dans les textes.

N’hésitez pas également à ajouter des liens « cachés » (on n’affiche pas le lien en dur dans le texte « https://www.nemesis-studio.com/ » mais sous le texte « Némésis studio » pour qu’il soit moins visible.

 

Marquer les images

Pour éviter le plagiat de visuels, il est possible d’apposer un Watermark ou filigrane numérique dessus. Le fait d’ajouter votre logo, nom d’entreprise ou site Internet sur vos images rend difficile leur utilisation pour un copieur. Il est possible d’apposer des filigranes manuellement (via un logiciel d’édition de photo) ou automatiquement (installation d’un programme dédié sur votre site Internet). Si vous avez beaucoup de visuels à protéger, privilégiez la deuxième solution qui sera beaucoup plus rapide. N’hésitez pas dans ce cas à vous faire accompagner par un professionnel comme Némésis studio pour faire les bons choix techniques.

 

Bloquer la possibilité de copier vos contenus

Il est possible pour les développeurs Web de désactiver la possibilité de sélectionner et de copier du texte sur un site Internet. Cela peut facilement freiner un utilisateur sans connaissance technique mais ne représentera aucune difficulté pour un utilisateur initié au web. Ce dernier pourra toujours accéder à la console développeur des navigateurs et ainsi copier vos contenus.

 

Comme vous l’aurez certainement compris, il n’est pas facile de protéger son site et ses contenus du plagiat. Cependant, il est possible de protéger vos intérêts en agissant de façon préventive et en réagissant de façon adaptée. Nous espérons comme toujours que nos conseils vous auront été utiles. Une question ? Contactez les experts informatiques de Némésis studio !